Suivez-nous

Volvo

Volvo Cars et Uber présentent un véhicule de série prêt pour la conduite autonome

Publié

on

Volvo Cars, l’un des chefs de file de la sécurité automobile, et Uber, leader mondial des services de VTC, présentent aujourd’hui un véhicule de série développé conjointement et capable de rouler sans conducteur, marquant une nouvelle étape dans la collaboration stratégique entre les deux sociétés.

Volvo Cars et Uber présentent un véhicule de série prêt pour la conduite autonome

Volvo Cars et Uber présentent un véhicule de série prêt pour la conduite autonome

Uber et Volvo Cars, qui ont conclu en 2016 un accord d’ingénierie, ont depuis co-développé plusieurs prototypes visant à accélérer la mise au point des véhicules autonomes des deux entreprises. Le SUV Volvo XC90 présenté ce jour est le premier véhicule de série capable, grâce au système de conduite autonome d’Uber, de rouler de manière entièrement automatisée.

Le XC90 de base est équipé d’un dispositif de sécurité de pointe qui facilite l’installation par Uber de son système de conduite autonome, ouvrant la voie au futur déploiement d’une flotte de VTC Uber autonomes.

Ce véhicule de série prêt pour la conduite autonome de Volvo Cars se dote notamment de systèmes de secours pour les fonctions de direction et de freinage ainsi que d’une alimentation de secours par batterie. En cas de défaillance – pour quelque raison que ce soit – des systèmes primaires, les systèmes de secours sont conçus pour stopper immédiatement le véhicule.

Au-delà des technologies de secours intégrées de Volvo, une série de capteurs installés sur le toit et au sein du véhicule permettent au système de conduite autonome d’Uber de le manœuvrer en toute sécurité en environnement urbain.

Associé à la plate-forme véhicule de Volvo, le système de conduite autonome d’Uber pourra certainement, un jour, permettre la circulation sûre et fiable de voitures autonomes en l’absence de « Mission Specialists », les collaborateurs d’Uber spécialement formés pour piloter et superviser le véhicule dans les zones dédiées et compatibles avec la conduite autonome.

Le véhicule de série autonome révélé ce jour est le fruit de l’accord commercial passé en 2016 entre Volvo Cars et Uber, qui prévoit la livraison de dizaines de milliers de véhicules de base prêts pour la conduite autonome au cours des prochaines années.

« Nous sommes convaincus que la technologie de la conduite autonome nous permettra d’améliorer encore la sécurité, qui est au cœur de notre philosophie », déclare Håkan Samuelsson, Président et CEO de Volvo Cars. « D’ici le milieu de la prochaine décennie, un tiers des voitures que nous vendrons devraient être entièrement autonomes. Notre accord avec Uber met en lumière notre volonté de devenir le fournisseur privilégié des plus grandes entreprises de VTC du monde. »

« Il est fondamental de travailler en étroite collaboration avec des entreprises comme Volvo pour concevoir une flotte autonome sûre et modulable », affirme Eric Meyhofer, Directeur d’Advanced Technologies Group chez Uber. « Volvo est réputé pour son engagement de longue date en faveur de la sécurité, pierre angulaire de son véhicule de base adapté à la conduite autonome. Associé à notre technologie, ce véhicule constituera un élément essentiel de la gamme de produits autonomes d’Uber. »

Volvo Cars compte s’appuyer sur un concept de véhicule de base similaire pour le lancement de ses futures voitures autonomes au début des années 2020. Ces technologies, qui devraient équiper la nouvelle génération de Volvo basées sur la plate-forme SPA2, intégreront des fonctionnalités ouvrant la voie à la conduite autonome non supervisée dans des zones clairement définies, comme les autoroutes et les ceintures périphériques.

Volvo Cars estime que la conduite autonome, quand l’ensemble des véhicules sur la route seront équipés de cette technologie, sera extrêmement bénéfique à la société tout entière grâce à une sécurité accrue. À l’heure actuelle, cette technologie offre aux utilisateurs une meilleure expérience de conduite en prenant en charge des tâches rébarbatives comme la circulation en accordéon dans les embouteillages.

Continuer la lecture

News

Volvo C40 Recharge disponible à la commande à partir de 57 890 euros

Publié

on

La première Volvo entièrement électrique, la C40 Recharge Pure Electric, est désormais disponible à la commande en Allemagne. Dans un premier temps, il existe un modèle spécial doté d’un équipement de haute qualité appelé  » First Edition « , que Volvo annonce à 57 890 euros.

Toutefois, ce prix déduit déjà la part du constructeur du bonus écologique de 2 500 euros et un « bonus supplémentaire du constructeur » de 1 660 euros. Brut, le C40 Recharge a un prix catalogue de 62 050 euros. Cela signifie que le prix catalogue net dépasse la limite de 40 000 euros, c’est pourquoi il ne peut bénéficier que du taux de subvention réduit de 7 500 euros (5 000 euros du gouvernement fédéral, 2 500 euros du fabricant). Après déduction de la part fédérale, le C40 Recharge revient donc à un prix de 52 890 euros.

Volvo C40 Recharge disponible à la commande à partir de 57 890 euros

Volvo C40 Recharge disponible à la commande à partir de 57 890 euros

Par ailleurs, Volvo propose la C40 sur la base d’un abonnement. Avec une durée flexible (préavis de trois mois), cela revient à 769 euros par mois. Si le client s’engage pour une période complète de trois ans, 699 euros par mois sont dus. Aucun versement initial n’est requis pour l’une ou l’autre des options d’abonnement.

La particularité : l’abonnement et le prix d’achat comprennent le « Care Service Package » pendant trois ans. Ce forfait comprend l’assurance « recharge » (composée d’une assurance responsabilité civile automobile et d’une assurance tous risques), ainsi que les frais d’entretien, de maintenance et d’usure. Les coûts variables mensuels sont donc plus faibles, ce qui rend toutefois plus difficile la comparaison avec d’autres modèles lors de la décision d’achat.

Dans les autres pays, Volvo avait déjà ouvert les carnets de commande il y a environ un mois. Aux Pays-Bas, la voiture est disponible à partir de 57 995 euros – ou à partir de 779 euros par mois sur la base d’un abonnement. En Norvège, le C40 Recharge est listé à 554 900 couronnes comme prix d’achat ou 6 890 couronnes sur un abonnement. Cela représente l’équivalent de 54 654 euros ou une mensualité de 678,62 euros.

La C40 est proposée exclusivement avec un cockpit numérique de 12,3 pouces et un écran central de neuf pouces – ce dernier contrôle notamment le système d’infodivertissement basé sur Android. Les caractéristiques de la première édition comprennent un système audio Harman Kardon, une climatisation automatique bizone, un socle de chargement inductif pour smartphone, un volant multifonction chauffant et des sièges avant chauffants et à réglage électrique.

Si la C40 est effectivement commercialisée comme un modèle autonome, elle est de facto le SUV coupé de la XC40 Recharge Pure Electric. De l’avant, les deux modèles sont presque indiscernables (seule la calandre fermée a été légèrement modifiée, et les phares utilisent désormais la technologie LED Pixel), tandis que la vue latérale et l’arrière révèlent la nouvelle ligne de toit et l’arrière plus plat, et les feux arrière ont également été conçus de manière légèrement différente.

Les deux voitures partagent la plateforme CMA, que Volvo a développée en collaboration avec la société mère du groupe, Geely. Deux moteurs électriques de 150 kW chacun fournissent une puissance système de 300 kW, la batterie contient 78 kWh bruts. Cela devrait être suffisant pour parcourir 420 kilomètres selon la norme WLTP. D’autres variantes d’entraînement avec un seul moteur et une petite batterie, comme le modèle jumeau Polestar 2 de CMA, n’ont pas encore été confirmées pour le C40.

Continuer la lecture

News

Geely : les compétences de Volvo pour les voitures électriques de Lynk & Co

Publié

on

Même si le constructeur automobile Volvo a été racheté par le groupe chinois Geely, une Volvo reste une voiture estampillée Made in Sweeden. Son acquéreur s’est bien gardé de dilapider le savoir-faire suédois. Mais en annonçant le lancement de la marque Lynk & Co, la situation va évoluer.

Avec sa marque Lynk & Co, Geely veut produire des voitures électriques et connectées. C’est en grande pompe, à Berlin, que cette nouvelle marque a été présentée, en même temps que son premier modèle, la 01 qui est présentée comme étant la voiture la plus connectée au monde. Le plus intéressant est certainement le transfert de technologie qui a été annoncé. Son système d’infodivertissement sera par exemple à architecture ouverte, ce qui va permettre à n’importe quel développeur tiers de proposer ses propres applications. La principale innovation est un bouton « Partager », intégré au tableau de bord, qui va permettre de dire à la communauté Lynk & Co que le véhicule n’est pas utilisé par son propriétaire… que le véhicule est proposé en location autopartage.

Pour cette Lynk & Co 01, une grande partie des technologies utilisées, pour sa mécanique et ses technologies connectées, provient de Volvo. Même si ce SUV sera produit en Chine, il a été grandement élaboré à Göteborg, au sein du China Europe Vehicle Technology Center (CEVT). Ce véhicule adoptera d’ailleurs la plateforme CMA (Common Modular Architecture) destinée aux véhicules compacts du groupe, la même qui est déjà utilisée par les concept-cars Volvo 40.1 et 40.2 qui préfigurent les futures S40 et XC40.

Dans un premier temps, cette 01 sera une hybride rechargeable. Par la suite, ce modèle sera décliné dans une version 100 % électrique. Elle sera animée par un trois cylindres essence turbocompressée issu de la famille Drive-E de Volvo associé à une boîte à double embrayage et sept rapports qui contient un moteur électrique.

L’ambition de Geely est d’aller au-delà des exigences du gouvernement chinois, à savoir une consommation inférieure aux 5 l/100 km recommandés.

Pour finir, en vue d’économiser sur le marketing et la vente, les véhicules de la marque Lynk & Co seront uniquement proposés en ligne, comme le fait Tesla. Une page a d’ores et déjà été ouverte.

 

Geely : les compétences de Volvo pour les voitures électriques de Lynk & Co 2

Continuer la lecture

News

Volvo s’attaque à la problématique de la recharge électrique

Publié

on

Volvo lancera un modèle 100 % électrique en 2019

Pratiquement tous les constructeurs automobiles s’intéressent aux voitures électriques. La même question se pose pour tout le monde : la recharge. C’est pour s’attaquer à cette problématique que Volvo veut un système de recharge rapide standard et mondial.

Qu’ils s’appellent Tesla, Volvo, Audi ou autres, pratiquement tous les constructeurs automobiles s’intéressent aux voitures électriques que cela soit en proposant déjà des modèles ou en préparant de futurs modèles. Mais comme le souligne Peter Mertens, vice-président senior du département R&D de Volvo, « l’infrastructure de recharge est à la traîne ».

C’est pour cette raison qu’il surenchérit en ajoutant : « Pour tourner définitivement la page de l’anxiété liée à l’autonomie, un système de recharge standard est plus que jamais nécessaire ». Cette déclaration est en fait le justificatif au fait que Volvo vient d’annoncer qu’il rejoint le consortium Charging Interface Initiative dans le but de collaborer à la création d’un standard mondial de recharge rapide, un dispositif baptisé CSS qui serait simple d’utilisation. La plupart des marques allemandes et américaines soutiennent déjà ce programme.

Plus concrètement, le CSS est un chargeur qui est compatible avec la prise européenne Type 2 et la prise américaine J1772. Il dispose de quatre modes de fonctionnement : monophasé alternatif, triphasé alternatif (recharge rapide), continu résidentiel et continu charge rapide (stations publiques).

Une fois que cette norme sera finalisée, tous les constructeurs pourront y adhérer, mais pas seulement. Les infrastructures routières pourront aussi s’équiper avec un standard à même de satisfaire à de nombreuses marques de voitures électriques.

Continuer la lecture

Populaires