Toyota prend position contre Apple et Google, va installer le système open-source SmartDeviceLink

Toyota va installer le système open-source SmartDeviceLink sur ses prochains modèles
Toyota va installer le système open-source SmartDeviceLink sur ses prochains modèles

Dans la bataille pour le système d’exploitation des voitures, Toyota a décidé d’adhérer à la technologie SmartDeviceLink de Ford. Le front des constructeurs s’unit contre Apple et Google.

L’habitacle des voitures est un terrain de bataille où s’affrontent les géants technologiques. En proposant Car Play et Android Auto, Apple et Google veulent en effet s’inviter dans tous les véhicules. L’enjeu est crucial alors que l’automobile devient de plus en plus intelligente, électrique et autonome. En raison des enjeux, les constructeurs ne veulent pas rester à carreau dans cette bataille.

Il y a deux ans, au CES, Ford avait présenté la technologie SmartDeviceLink, un système d’exploitation open-source spécifique à l’automobile. L’objectif du constructeur américain va au-delà de simplement équipé ses véhicules de ce système. Son intention est de fédérer au maximum de constructeurs face à Apple et Google.

Aujourd’hui, Ford peut compter sur un allié de poids. Toyota, le premier constructeur mondial, vient en effet d’annoncer son ralliement à la technologie SmartDeviceLink. Dans sa foulée, d’autres marques, comme PSA, Mazda, Honda ou Subaru pourraient suivre le mouvement.

En prenant cette décision, Toyota a donc décidé de ne pas céder à l’appel d’Apple ou de Google. C’est aussi un signe fort adressé aux constructeurs comme quoi il faut s’unir, faire front contre les géants technologiques. Alors que les utilisateurs font pression pour pourvoir connecter leurs mobiles à leurs voitures, les décisions concernant l’habitacle des véhicules ne sont pas évidentes à prendre. La décision de Toyota est donc courageuse.

En fait, c’est la sécurité qui pointée du doigt. « La valeur que peut apporter les constructeurs en la matière, ce sont des services connectés plus sûrs et sécurisés » a expliqué Shigeki Terashi, l’un des vice-présidents de Toyota. Ses propos visent bien évidemment les éventuelles failles de sécurité de CarPlay ou Android Auto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A cause d’un risque de fuite de carburant, Ferrari rappelle ses California T

A cause d’un risque de fuite de carburant, Ferrari rappelle ses California T

Rinspeed Etos

CES 2016 : smartphones, téléviseurs, mais aussi voitures connectées